Actualités


  • Actualités

    Biarritz est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine. Cette station balnéaire est l'une des plus prestigieuses de la côte atlantique française. L'océan, avec ses puissantes vagues, a fait de Biarritz un spot de surf réputé dans le monde entier. Le gentilé est Biarrot1 (Biarriztar2 ou Miarriztar2 en basque). Situation[modifier le code] Géographie physique[modifier le code] Biarritz est située dans le sud-ouest de la France, département des Pyrénées-Atlantiques, région Aquitaine, non loin de la frontière entre l'Espagne et la France et le long de la Côte basque, au creux du golfe de Gascogne. Le cap Saint-Martin, que domine le phare de Biarritz marque la limite entre la côte sablonneuse au nord, commencée à l'extrême pointe de la Gironde et qui se termine à Anglet, et la côte découpée de falaises du Pays basque au sud. Biarritz est construite sur une suite de collines le long de la côte. La ville donne directement sur différentes criques et plages de sable fin comme la Grande Plage, la côte des Basques ou le port des pêcheurs. La Grande Plage est cartographiée régulièrement grâce à des systèmes positionnement par satellite embarqués sur des quads à terre et grâce à des sondeurs équipant les bateaux en mer. Géographie politique[modifier le code] Biarritz est située en Labourd, à la frontière occidentale entre le Pays basque et la Gascogne. Elle réside à la pointe méridionale extrême de l'aire d'influence du gascon (parlar negre), et donc de la Gascogne. Routes[modifier le code] Biarritz est desservie par l'autoroute A63 (section Landes - Biriatou), au péage de la Négresse, qui, outre Biarritz, donne accès à Bidart, à l'aéroport de Biarritz-Parme et à Saint-Pée-sur-Nivelle. Biarritz était traversée par la route nationale 10, qui reliait Paris à Hendaye, avant son déclassement en route départementale 810. Réseau urbain[modifier le code] Les lignes A1, A2, C, 8, 10, 12, 13 (l'été), 14, N (en soirée et toute la nuit l'été) et P (la nuit l'été) du réseau de bus Chronoplus, géré par Transdev agglomération de Bayonne, desservent Biarritz en la reliant aux autres communes de l'agglomération : Anglet, Bayonne, Bidart, Boucau, Saint-Pierre-d'Irube et Tarnos3. Trois navettes gratuites (en 2013) desservent également le centre-ville, Saint-Charles et les plages de la Côte des Basques et du Port-Vieux. Réseau interurbain[modifier le code] Biarritz est reliée à de nombreuses villes de la moitié ouest du département comme Saint-Jean-de-Luz ou Saint-Palais par les bus du réseau interurbain des Pyrénées-Atlantiques, géré par le conseil général. La plupart des lignes convergent vers Bayonne, ville qui abrite une gare TGV, de nombreux établissements d'enseignement et permet des correspondances avec le réseau urbain Chronoplus. Biarritz est desservie par la ligne 8164, qui mène de Bayonne à Hendaye. Transport ferroviaire[modifier le code] La gare de Biarritz, au quartier de La Négresse, est desservie par le TGV. De 1888 à 1948, Biarritz était reliée à Bayonne par trois lignes de tramways à voie métrique : le BAB (Bayonne - Anglet - Biarritz) ; le BLB (Biarritz - Lycée de Marracq - Bayonne) ; les Voies ferrées départementales du Midi (Bayonne - La Barre - Biarritz - Saint-Jean-de-Luz). aérien[modifier le code] Biarritz est desservie par l'Aéroport de Biarritz-Anglet-Bayonne situé sur le territoire des communes d'Anglet et de Biarritz. D'après la base de données du Sandre, la commune n'est traversée5 que par le canal d'Atxinetxe qui se jette dans l'Adour à Bayonne après avoir traversé Anglet. Cette situation est relativement récente. Avant le développement de la ville, et le détournement des ruisseaux, le village se présente comme un espace sableux, vallonné, constitué de terres couvertes d'ajoncs (bastes), de marécages (barthes), de sources (honts) et de ruisseaux (arrius). Au nord coulaient les ruisseaux de la Barte et de Sabaoü, et au sud, ceux de BarchalotNote 1 et de ChardinerouNote 2. Ces ruisseaux alimentaient l'étang de ChabiagueNote 3, entre les plages Marbella et de la Milady6, à l'emplacement duquel se trouve aujourd'hui une station d'épuration. Communes limitrophes[modifier le code] Les communes limitrophes sont : Anglet au nord ; Bidart au sud ; Arbonne et Arcangues au sud-est. Climat[modifier le code] Du fait de sa situation en forme d'amphithéâtre face à l'océan, Biarritz est ouverte aux vents marins. Les hivers sont doux et la chaleur estivale est supportable. Cette situation climatique privilégiée lui a valu le titre de station hydrothermale et climatique depuis 1912. Le régime des vents est dominé par une triple influence : l'océan Atlantique, les Pyrénées et un régime de brises locales. Les vents marins, dominants, apportent de l'humidité et de la fraîcheur en été et de la douceur en hiver. Venant du sud, des vents chauds sont générés par un effet de foehn. En effet, l'air venant d'Espagne perd son humidité en traversant les Pyrénées et se réchauffe en perdant de l'altitude. En hiver, la ville est souvent soumise à des températures élevées par rapport au reste du territoire national. La moyenne des températures en hiver se situe aux alentours de 8 °C et avoisine les 20 °C en été. Les pluies sur les côtes basques sont rarement persistantes, excepté durant les tempêtes hivernales. Elles se manifestent souvent sous forme d'averses orageuses intenses et de courte durée. Géologie[modifier le code] Rocher de la Vierge (en 1913). Biarritz est située sur un site géologique particulier. Au nord, la côte landaise se termine à Anglet après près de 200 km de côtes rectilignes et plates constituées de dunes. Le sol est principalement constitué de terre siliceuse. Cependant, à partir de Biarritz, la Côte basque est beaucoup plus découpée et formée de falaises et de rochers au sous-sol varié. Sur 5 km de côte, trois niveaux sédimentaires se succèdent. De la chambre d'amour à la plage de Miramar, on rencontre des falaises abruptes de calcaires marneux et gréseux grisâtres, dont les couches forment une légère cuvette appelée synclinal. Ces falaises sont dites en escalier et se sont formées lors de l'apparition des Pyrénées il y a 25 millions d'années. De l'hôtel du Palais à la Villa Belza, la côte est déchiquetée avec de nombreux îlots rocheux. Ces falaises sont constituées de couches de calcaire gréseux jaune-ocre nettement inclinées. Elles se sont formées il y a 35 millions d'années à l'Oligocène inférieur. Ces roches contiennent de nombreux nummulitidae (petits foraminifères). Quartiers[modifier le code] La Mairie de Biarritz découpe la ville en 6 quartiers : Saint-Charles / Phare / Larochefoucauld au nord Centre-Ville République / Larrepunte / Saint-Martin / Lahouze au sud Milady / Colline / Beaurivage au sud-ouest La Négresse au sud-est Braou / Ranquine / Aguiléra au sud Nord[modifier le code] Larochefoucauld Le comte Gaëtan de La Rochefoucauld, homme politique, s'établit à Biarritz en 18737. Il accueille dans sa propriété les grands de son époque, dont la reine Victoria en 1889 et la princesse Youriewski en 1893. La villa a été en 1947 l'internat du lycée. À la suite de son rachat par la municipalité, elle est démolie pour permettre la construction d'un nouvel édifice.En 18758, le comte propose de rapprocher deux parties de ses propriétés en comblant le ravin les séparant. En échange, il propose à la commune de tracer un chemin praticable sur l'emprise de sa propriété, bordant à l'est son enclos pour rejoindre l'alors chemin d'Anglet. La voie ainsi créée débutait au niveau de la villa Miraflores.C'est le 15 juin 1959 que l'avenue Larochefoucauld devient une voie gérée par la voirie communale7. Elle s'étend à présent de l'avenue de la Marne au boulevard Mayol de Senillosa.Phare Le quartier du Phare doit son nom au phare de Biarritz, inauguré le 1er février 1834. L'actuelle rue du Phare va de l'avenue du Golf à la rue Lasvignottes. Elle fait partie du domaine public depuis le 15 juin 19597.Saint-Charles Saint Charles est le patron de ce quartier, qui a donné son nom à la place (depuis le 9 juillet 2004), aux terrasses et au square (depuis le 23 janvier 1950)7 éponymes. Sud[modifier le code] Aguiléra Don José Aguilera y Chapin était propriétaire du domaine d'Aguiléra à la fin du XIXe siècle, que la ville acheta en 19067.Ce domaine vit la naissance du Biarritz olympique en 1913, de la fusion du Biarritz Stade et du Biarritz Sporting Club, et le parc des sports d'Aguiléra, officiellement stade Léon Larribau depuis 1953, accueille désormais le Biarritz olympique Pays basque, club de rugby à XV.L'allée d'Aguiléra part de l'avenue Henri Haget et s'achève au boulevard du BAB.Braou Lou Braou est le nom d'une maison érigée au XVIIIe siècle, mentionnée en 1764 sur l'état de capitation7. Au début du XXe siècle, on trouvait dans l'avenue du Braou la sous station de tramway à vapeur du BLB. Elle a, depuis, été transformée en immeuble d'habitation.L'avenue devient voie communale le 15 juin 1959.Le quartier du Braou accueille aujourd'hui le groupe scolaire primaire du même nom.Lahouze La famille Lahouze ou Lahousse est une vieille famille biarrote. On en connait, en autres, Jean Lahousse, un maître tailleur, également maire abbé de 1786 à 1787, et Jean Lahouze, dit de Gourine, député du quartier Boussingorry, en 1782 et 17837.L'avenue Lahouze naît par décision du conseil municipal du 28 janvier 1908, menant initialement de la rue de France (aujourd'hui avenue de Verdun) à la route nationale 10. Elle faisait suite au chemin vicinal n°3, dit chemin de Borde Lahouze.La rue accueillait la villa Arverna, aujourd'hui détruite, appartenant à Armand et Léo Guido7.L'avenue Lahouze s'étend actuellement de l'avenue de Verdun au pont de Chelitz.Larrepunte La rue Larrepunte, qui accueillait autrefois le dancing l'Étoile, s'étend de la rue Péricot à la rue du Reptou.Larrepunte est un nom de famille ancien de la région, puisqu'un Arnaud de Larrepunde est mentionné en 13357, que Pierre de Larrepunte était abbé de Biarritz en 1598, que Martin de Larrepunte en 1610 et Gratian de Larrepunte en 1642 étaient députés de la commune.RanquineRanquine est à l'origine le nom d'une ferme de Biarritz, mentionnée en 18639.République Le quartier doit son nom à l'avenue éponyme, ancien chemin des Champs de 1865 à 1893, voie communale par délibération du conseil municipal du 15 juin 1959.L'avenue de la République part de l'avenue Maréchal Foch et se termine à la Croix des Champs.Saint-Martin L'église Saint-Martin fait l'objet d'une inscription de la part des monuments historiques10. L'ancien chemin, dit chemin de Requiem du nom de Peyrot de Requiem qui y habita en 1568, longeant le nord du cimetière est élargi à la suite d'une décision de 1904, et est dénommé chemin du cimetière Saint-Martin en 1967, puis rue Saint-Martin depuis le 31 janvier 19847. La rue Saint-Martin mène de l'avenue Foch à l'avenue Gramont.Michel Fabre6 note qu'à la fin du XVIe siècle, la paroisse Saint-Martin, hameau de Bayonne, devint commune indépendante, se libérant de la tutelle de Bayonne.Verdun La délibération municipale du 28 juin 18707 dénomma rue de France celle qui allait devenir le 16 mars 1919 l'avenue de Verdun en hommage au " courage invincible des milliers de héros tombés en face de l'ennemi devant l'antique citadelle en criant par dessus la muraille " on ne passe pas " ". Elle devient voie communale le 15 juin 1959.L'avenue de Verdun s'allonge de la place Clemenceau au rond point de l'Europe. Sud-ouest[modifier le code] Beau Rivage Le quartier est établi autour de la place et de l'avenue Beau Rivage.L'avenue du Bois de Boulogne s'étendait, sous le nom de " chemin n° 10 dit du Bois de Boulogne ", sur huit kilomètres en 1882. Elle devient l'avenue Beau Rivage en 1954, menant de la rue d'Espagne et Lou Bascou, à la place Beau Rivage. Les délibérations du conseil municipal de l'époque mentionnent que le " nom (est) particulièrement évocateur de la beauté du site traversé "7.En 1911, le prince Radziwill accueillit Edmond Rostand dans sa propriété de Lilinita, sise sur l'avenue7.Aujourd'hui, l'avenue mène de la place Beau Rivage au rond point Lichtenberger.Colline Le lotissement de la Colline, comprend la rue éponyme, acquise par la municipalité par délibération du conseil municipal du 16 août 1978.La rue de la Colline débute de l'avenue de la Milady et s'achève à la rue de Cristobal.Milady Le terme Milady fait référence à Lady Marie Caroline Bruce (selon l'état civil, Louise Elisabeth Beresford), épouse anglaise d'Ernest Auguste Charles, marquis D'Ailesbury, chambellan de la reine d'Angleterre, également président du British club de Biarritz pendant plus de dix ans. Monique Beaufils7 indique qu'elle était une amie de Napoléon III qui séjournait parfois à la villa Marbella, construite en 1863 par Lady Bruce.L'avenue de la Milady conduit à la plage Milady, reliant la route nationale 10B à l'avenue Beau Rivage. Elle est devenue voie communale le 27 août 1968. Sud-est[modifier le code] La Négresse Le quartier s'est appelé Harausta avant de prendre la dénomination actuelle6. La rue de Harausta, aujourd'hui rue Luis Mariano, mène à Arcangues.Situé de part et d'autre de la RN10, La Négresse est aujourd'hui un quartier résidentiel regroupé autour d'une zone artisanale et de la gare SNCF.Le chemin de fer arriva à Biarritz-La Négresse en 1862, en provenance de Bayonne. Cette gare fut reliée à Biarritz-Ville en 1911, par la Compagnie du Midi.On trouve dans ce quartier l'école primaire Victor Duruy, le collège Villa Fal et le lycée hôtelier et de tourisme Biarritz-Atlantique.L'église Sainte-Thérèse en est l'église paroissiale. Aux abords de celle-ci, se trouve un petit fronton. de notre Agence

    ...

    Lire la suite

    Publié le